Sophie Jaton

Sophie Jaton

Sophie Jaton vit et travail à Genève

1964 is born in Geneva
1980-1985 studies Graphic Design at the College at the College of Art and Design of Geneva
1990 sets up her qwn graphic design studio
2011 begins working on video and photographie

Si le Réel était ailleurs ?

Revenir à l’endroit où l’on peut percevoir le contexte psychique, spirituel, non visible des êtres et des choses; où il devient possible de frôler, voire de faire l’expérience du mystère de la vie ! À l’instar des artistes qui m'interpellent profondément, Sophie Jaton est une chercheuse, une exploratrice de l'indicible, et son travail photographique sur la lumière ou son absence, sur le plein et le vide, le lourd et le léger, l’opacité et la transparence; cette observation constante, soutenue et calme du monde, lui insuffle des mises en scène qui se matérialisent à la manière soudaine du rêve !

Son travail s’appuie sur la sensation, le ressenti et l’intuition. Ses choix  expriment une prise de conscience toujours plus grande de l’acte créateur. L'esprit se manifeste dans la matière et sa vocation d’artiste est de le rendre  perceptible. La « faiseuse » d’images connaît sa responsabilité et ses photographies sont toujours éminemment esthétiques; dans le sens, porteuses de délectation visuelle; même si parfois un sentiment grave surgit, telle une nostalgie de quelque chose d’impossible, un sentiment d'éphémère, de solitude ou d’oubli.

Dans « Mimétisme », de grandes feuilles grises ont pris un peu de la couleur rose d’un objet englouti dans le noir, mais ces feuilles, quoique coupées, sont encore frémissantes de vie et semblent posséder une ‚me. Que ce soit dans « Paradise », perruche pimpante de couleurs, empaillée, mais pourtant éclatante de présence, ou « Aquarium », où deux poissons étonnamment réels (alors qu’ils sont factices) nagent joyeusement sur des formes rondes et rouges, coraux imaginaires façonnés par l’artiste; le plein et le vide offrent une équivalence visuelle. Seule, notre habitude perceptive marque la différence lorsque nous observons le sujet photographié. Sophie Jaton utilise la photo comme simple support, elle mets en scène, retravaille et affine l’image jusqu’à retrouver le climat de son rêve, mais elle pourrait bien avoir envie de transformer toujours plus le médium photographique.

Soreya Hestermann Azarmsa
Historienne de l'art

Les photographies de Sophie Jaton s’apparentent à ce que l’on nomme « la photographie plasticienne ». Ce terme créé au début des années 1980 désigne une pratique plus libre de la photographie, plus proche des artistes plasticiens en général. En effet, les artistes photographes utilisent actuellement divers matériaux: papier salé, albuminé, bromure, platine, collodion, etc., inventent des procédés nouveaux tel le photomontage, le collage ou la rayographie. L’ordinateur est devenu pour beaucoup un outil indispensable. Ils sortent d’une présentation classique de la photo, telle Sophie Jaton qui les expose pour la plupart sous forme de caissons.